Une aire nouvelle pour les parkings

Comprendre • Pulse #1 • 5 min
Par William Mengebier

Il n’y pas si longtemps, les parkings souterrains étaient encore vus comme des endroits sombres, d’une propreté douteuse, parfois dangereux. Un décor sinistre, glauque et mal éclairé, prisé des réalisateurs de thrillers ; on y garait sa voiture avant de remonter rapidement à la surface. Depuis quelques décennies, les parkings se sont considérablement améliorés, devenant mieux éclairés, globalement plus accueillants et plus sûrs. Et ces dernières années, cette transformation s’est encore accélérée : le secteur se réinvente en réponse à un ensemble de contraintes et d’évolutions.

UN SECTEUR EN MUTATION

Un grand nombre de tendances économiques, technologiques et réglementaires ayant déjà impacté d’autres secteurs et modèles économiques influencent aujourd’hui l’industrie du parking. Dans nombre de pays développés, les mêmes tendances de fond concernant l’évolution des modes de vie et des comportements des citoyens remodèlent le secteur du parking :

  • Les véhicules autonomes, qui pourraient faire chuter dans de fortes proportions – jusqu’à 90 % – la demande de stationnement dans les villes. Kara Kockelman, professeur d’ingénierie du transport à l’Université du Texas, a observé qu’une douzaine de véhicules classiques pourraient être remplacés par un seul véhicule autonome partagé, celui-ci pouvant être garé automatiquement hors de la ville lorsqu’il n’est pas utilisé (Source).
  • La préoccupation environnementale grandissante des citoyens qui aspirent à des communautés viables et durables, à un plus large espace piétonnier et à des solutions de mobilité alternatives à l’automobile.
  • Les nouvelles priorités des consommateurs, et notamment celles des jeunes générations en matière de transport. Aux États-Unis, par exemple, les moins de 30 ans sont 7,2 fois plus enclins à utiliser les transports publics que les plus de 60 ans ! (Source).
  • Les restrictions croissantes de circulation en centre-ville. De Paris à Seattle, de Mexico à Chengdu ou à Oslo, les autorités locales s’évertuent à améliorer la qualité de vie et alléger le trafic automobile, dont on estime qu’il coûte 100 milliards d’euros par an à l’Union européenne, soit 1 % de PIB (Source).
  • L’émergence de l’économie collaborative avec des initiatives comme le covoiturage, qui réduit le nombre de véhicules automobiles en propriété propre.

NOUVEAUX COMPORTEMENTS

Ces effets combinés font tanguer le modèle économique du secteur. Le parking où le client se retrouvait traditionnellement devant une caisse automatique pour y insérer quelques pièces de monnaie devient un laboratoire d’innovations destinées à améliorer l’efficacité opérationnelle au bénéfice des consommateurs, des parties prenantes et des communautés locales. Un changement qui concerne essentiellement trois domaines.

Les services :

Les technologies numériques permettent de réserver à distance des places de parking, mais aussi de payer ou même de demander un service de voiturier. Depuis 2013, la startup française Onepark propose aux automobilistes de comparer les tarifs, de réserver et de payer leur parking grâce à une application mobile. Plus de 500 parkings dans 70 villes en France, en Belgique et en Suisse, sont ainsi connectés. Par ailleurs, des garages privés offrant des capacités excédentaires sont désormais accessibles au public. C’est notamment le cas à Paris, où, depuis le printemps 2016, la société d’investissement immobilier Gecina donne accès à 37 de ses immeubles, libérant ainsi quelque 1 300 nouvelles places de stationnement pouvant être réservées en ligne. Différents services, comme le lavage de voiture ou l’entretien mécanique, peuvent aussi être proposés aux propriétaires de véhicule et aux sociétés de location. Des conciergeries peuvent livrer des colis ou prendre en charge diverses courses, tandis que la voiture attend son propriétaire au parking. Le prêt de livres connaît pour sa part un certain succès, notamment dans les parkings reliés au réseau de transport public.

La multi-modalité :

Les parcs relais qui se multiplient aux abords des gares ferroviaires ou routières encouragent la multimodalité. Ils proposent des infrastructures dédiées aux deux roues, une tarification combinée avec les transports publics, ou encore la location de vélos et de voitures électriques. Au Canada, la ville d’Edmonton étudie actuellement les attentes des voyageurs en matière de parcs relais. Les données recueillies aideront à définir l’emplacement, la tarification et les services adaptés pour ses futurs parkings.

Le développement durable :

Les parkings adoptent une politique éco-responsable. Ils se dotent de panneaux solaires, de revêtements perméables à l’eau, d’un service de lavage auto écologique, d’emplacements réservés aux véhicules électriques à tarif préférentiel. À titre d’exemple, Pomona College, en Californie, propose un parking d’un nouveau genre aux plus de 1 600 riverains du campus. Il comporte un terrain de sport en toiture, une verrière photovoltaïque et un système d’éclairage économique, entièrement automatique, pour optimiser l’utilisation de l’énergie. Ces dispositions ont permis de récupérer plus de 16 000 m2 d’espaces ouverts, de réduire de 20 % la consommation énergétique et d’économiser 220 000 litres d’eau par semaine. Enfin, la mobilité électrique est également prometteuse pour les parkings qui installent des bornes de chargement. Aux États-Unis, Parksmart – anciennement Green Garage Certification – certifie aujourd’hui les parkings et garages dotés d’équipements durables.

Plus d’informations sur : parksmart.gbci.org


UN MONDE D’OPPORTUNITÉS

La technologie prend une place de plus en plus importante dans le développement du parking. C’est le cas à Stockholm, au sein du Globe d’Ericsson par exemple, où la reconnaissance des plaques d’immatriculation permet d’accéder automatiquement au parking et de payer sans avoir à sortir sa carte bancaire. Les applications mobiles se développent également, avec la transmission en temps réel du tarif et du nombre de places vacantes grâce à des capteurs sans fil qui optimisent le taux d’occupation. Autres nouveautés à venir : une tarification dynamique pour inciter les automobilistes à venir se garer à certains endroits. Ou encore, la mise en place de systèmes permettant aux parkings de commander les feux de circulation afin de réguler au mieux le trafic, après un événement, par exemple. À San Francisco, la société SF Park développe une solution destinée à étendre aux parkings urbains l’approche de tarification dynamique mise en place par la ville pour le stationnement en voirie. Le constat est clair : ces petites initiatives finissent par avoir un impact majeur. Les citoyens gagnent en simplicité, en flexibilité et en efficacité. Les entreprises locales disposent d’un plus grand nombre d’aires de stationnement. Les collectivités possèdent quant à elles un outil supplémentaire pour relever le défi environnemental, réduire le bruit ambiant, la pollution atmosphérique et la saturation des villes, tout en facilitant l’usage des transports publics. Du lieu sombre et inquiétant d’antan à l’élément clé dans la grande chaîne de mobilité qu’il est aujourd’hui, le parking a parcouru un sacré bout de chemin.


LE PARKING COMME NOUVEAU LIEU DE VIE

Plus qu’un endroit où laisser son véhicule, le parking devient un élément central de la vie urbaine. On y recharge sa voiture électrique, récupère des personnes pour un covoiturage, loue un vélo, voire on y prend le train ou le bus. Alors que les villes reconsidèrent l’espace alloué au stationnement automobile, les parkings répondent aujourd’hui à un nombre croissant de fonctions sociales. Cela peut être une galerie d’art, comme « The Z », à Detroit ; un centre d’événements culturels tel que le Daikoku Futo de Tokyo ; un espace où se retrouvent les amateurs de voitures de collection ; un café et un bar à Campari à Londres ; un cinéma de plein air à Los Angeles ; un espace réservé aux concerts, comme l’« Eleven Eleven » de Miami ; un terrain de hockey à Winnipeg, des marchés fermiers et des aires de stationnement pour les food trucks. Le parking a revêtu de nouveaux habits en devenant un espace de vie et de convivialité.

À LIRE AUSSI

La voiture ? Oui mais partagée !

La voiture ? Oui, mais partagée !

Pour combattre l’autosolisme, de nouveaux usages liés à la voiture individuelle ont émergé ces dernières années. Mais entre autopartage, covoiturage et VTC, comment s’y retrouver ? Découverte de ces différentes notions à travers une bande dessinée d’Allan Barte.

Pulse #1 2 min
La puissance de l'électromobilité

La puissance de l’électromobilité

Les bus électriques pourraient être sur le point de déclencher une trans- formation des usages de mobilité qui limitera l’autosolisme – offrant la promesse d’espaces de vie nouveaux dans des villes de plus en plus denses.

Pulse #2 6 min