Quels leviers antifraudes ?

Découvrir • Pulse #5 • 3 min
Par Adeline Tissier

Le point sur les principaux leviers d’actions testés et approuvés par les opérateurs et les Autorités Organisatrices de Mobilité pour lutter efficacement contre la fraude.

pour approfondir

Je fraude, moi non plus

5 min

1. Tarification

Mise en place d’une tarification sociale et solidaire.
Aux Pays-Bas, en Allemagne ou en France, des systèmes de tarification sont déterminés selon des critères financiers et sociaux.

Fidélisation via des offres d’abonnements et/ou des avantages tarifaires.
Kalsruhe (Allemagne) offre la possibilité de faire voyager gratuitement un proche à certains créneaux horaires.

Optimisation des systèmes de distribution de billets et de validation.
Dans certains réseaux, des plans de maintenance particulièrement rigoureux sont mis en place pour assurer la fiabilité de la validation.

Dématérialisation des titres.
En France, Dijon est la première ville à offrir un paiement dématérialisé via l’Open Payment. Ailleurs, d’autres technologies sont utilisées : sans contact, NFC, le M-ticket, titres SMS, achat en ligne…

Prise en compte du statut administratif des voyageurs réfugiés et aux demandeurs d’asile.
À Lille, Keolis a lancé un partenariat avec l’association La Cimade, qui prend en charge des abonnements au nom de réfugiés ne disposant pas des pièces administratives requises.


2. Prévention

Lancement de campagnes de communication.
Pour lutter contre un manque à gagner de plusieurs millions d’euros par an, le réseau de Bordeaux a lancé une campagne valorisant le coût réel des trajets.

Mise en place de mesures incitatives via les nudges.
À Besançon, une expérimentation en cours vise à favoriser le travail des contrôleurs.
Elle est fondée sur un système de comptage des infractions.

Formation des agents à la relation client pour mettre en place un seuil de tolérance.
À Dijon, les abonnés n’ayant pas validé leur titre ont droit à un “joker”.


3. Dissuasion

Mise en place de portiques d’accès sur les réseaux clos.
À Londres, les titres sont valables pendant une durée précise ; des portiques amorcent leur utilisation et contribuent à éviter la “repasse de titre” entre voyageurs.

Annulation de l’amende contre l’achat d’un abonnement.
En France (Rennes, Besançon, Dijon…), le dispositif Trok’It permet aux fraudeurs d’échanger leur amende contre un abonnement.

Annonce des opérations anti-fraude avant qu’elles n’aient lieu.
Ces annonces sont faites dans la presse ainsi que dans des mailings à destination des abonnés afin de les fidéliser.

« Buggage » des applis mobiles des fraudeurs.
Cette technique fait croire que les contrôleurs sont présents à chaque station, rendant impossible le partage d’informations entre fraudeurs.

Communication sur les résultats des actions antifraude et les sanctions pénales qui menacent les récidivistes.
Cette pratique très courante implique notamment la presse quotidienne régionale et les réseaux sociaux.


4. Répression

Installation de caméras intelligentes aux portiques.
À Barcelone (Espagne), un système de caméras apparentes a permis de faire baisser la fraude de 30 % en un an.

Intensification et ciblage des contrôles.
Avec la startup Datategy, Keolis teste l’utilisation de la data prédiction dans plusieurs réseaux pour optimiser la tournée des contrôleurs.

Renforcement des services de recouvrement.
La solution Oscar de Keolis dématérialise les procès-verbaux et les centralise pour optimiser le recouvrement. Elle sera déployée sur l’ensemble du territoire français en 2020.

Patrouille et contrôle en civil ciblant la fraude dure (fraude sans titre).
Cette technique, validée par des sciences comportementales, insécurise le fraudeur et évite le contrôle de tous les passagers, qui gêne les flux voyageurs.

Mise en place de travaux d’intérêt général pour les récidivistes.
Entre répression et éducation, cette initiative oblige les fraudeurs, dès leur 6e PV, à faire de la prévention antifraude en uniforme ou à accompagner des PMR lors de manifestations culturelles ou sportives.


5. Éducation

Accompagnement social en cas de fraude.
En partenariat avec les associations de quartier ou de réinsertion, cette méthode permet de faire connaître les tarifs et taux incitatifs.

Prévention en milieu scolaire.
Similaire à l’accompagnement social, elle cible les collèges, lycées et bibliothèques universitaires, notamment à la rentrée.

À LIRE AUSSI

Le MaaS, une petite révolution ?

Le MaaS – Mobility as a Service – est une approche bien spécifique de la mobilité. Il a pour ambition de faciliter la vie des passagers en mettant à leur disposition une plateforme unique – la plupart du temps une application mobile – pour rechercher des itinéraires multimodaux et « porte-à-porte », et les réserver en temps réel sans difficulté. Mais le MaaS peut-il vraiment révolutionner la manière dont nous concevons et utilisons les transports ? Pour le savoir, Pulse a rencontré Piia Karjalainen, Senior Manager, MaaS Alliance.

Pulse #4 5 min
Mobilité urbaine : pourquoi les villes doivent prendre l’initiative face au digital

Pourquoi les villes doivent prendre l’initiative face au digital ?

À l’heure de la digitalisation de la mobilité, quelle place et quel rôle pour les plateformes numériques ? Quelle gouvernance adopter ? Le point de vue de Matthias Finger, chercheur, professeur et spécialiste en gestion des industries de réseau et en réglementation des transports.

Pulse #2 3 min