Melbourne : l’art en mouvement

Accomplir • Pulse #2 • 3 min

Né à la fin des années 1970, le Melbourne Art Trams consacre l’alliance improbable   entre les emblématiques tramways de la ville et l’art. Fruit d’un partenariat entre différents   acteurs locaux, il permet aux citoyens de découvrir des œuvres originales d’artistes melbourniens. Après un intermède de 20 ans, ce rapprochement entre mobilité urbaine   et expression artistique a fait son grand retour et a su gagner le cœur du public.

pour approfondir

Un retour aux origines de la création

5 min

DES TOILES POUR LES TRAMS

« Un tel projet ne pouvait voir le jour qu’à Melbourne, où cohabitent des artistes de renommée mondiale et un réseau de tram de rang international », note avec fierté Jonathan Holloway, Directeur artistique du Melbourne Art Trams.

Ce festival invite des artistes et des collectifs de l’État du Victoria à recouvrir de leurs œuvres, les trams de l’emblématique réseau de Melbourne – le plus grand du monde. Reprogrammé il y a cinq ans, le Melbourne Art Trams est l’héritier du Transporting Art qui a connu un vif succès entre 1978 et 1993. À l’époque, les employés des ateliers de Preston, où les trams étaient peints, pouvaient observer des artistes renommés les transformer en véritables œuvres d’art mobiles. En l’espace de quatre ans, 16 trams avaient ainsi changé de robe.

Avec le Melbourne Art Trams Festival, huit trams sont entièrement recouverts de toile vinyle sur laquelle sont transférées leurs œuvres. Grâce à ce projet, l’art contemporain devient accessible au plus grand nombre. Plus de 1,8 million de passagers embarquent chaque année à bord des Melbourne Art Trams, et tous les citoyens peuvent les découvrir en sillonnant les 250 km du réseau. Le public peut également voter pour l’œuvre qu’il préfère, et l’artiste qui remporte ce People’s Choice Award reçoit un prix de 5 000 dollars australiens (3 150 euros).

UN PARTENARIAT CRÉATIF

Si la notoriété du Melbourne Art Trams va grandissante, c’est aussi parce qu’elle est le résultat d’un partenariat resserré entre le festival de Melbourne, Creative Victoria et Public Transport Victoria, en collaboration avec l’entreprise qui exploite le réseau de Melbourne, Yarra Trams, filiale de Keolis.

Pour opérer leur sélection, les partenaires lancent leur recherche dès le mois de février en observant l’intérêt du public à l’égard d’artistes basés dans l’État du Victoria. Ils s’assurent que leur sélection soit représentative de la diversité culturelle de la ville, avec au moins un jeune artiste peu connu et un artiste n’ayant jamais participé aux éditions précédentes. Les huit artistes retenus commencent à travailler avec Yarra Trams à partir de juin pour adapter leur œuvre aux spécificités du véhicule qui leur est attribué, certaines parties des trams ne pouvant être recouvertes pour des raisons de sécurité ou de confort des passagers. Les trams sont ensuite recouverts de leur toile vinyle et mis en circulation en octobre, à l’ouverture du festival.

Cet événement est l’une des principales manifestations artistiques d’Australie : des parades sont organisées pendant six mois dans les rues de la ville et ces véhicules de 20 tonnes arpentant les avenues permettent à chacun de découvrir la richesse culturelle et artistique de Melbourne.

 « SIDÉRÉ PAR L’ACCUEIL DU PUBLIC »

Au fil du temps, le public est tombé amoureux du Melbourne Art Trams qui est devenu l’une des principales manifestations culturelles du pays. Cet événement a également acquis une notoriété internationale, et de nombreux touristes partagent leurs photos avec leurs amis et leur famille aux quatre coins du monde.

« Chaque année, il y a beaucoup d’attente lorsqu’on dévoile les habillages de nos huit tramways », explique Philip Askew, Directeur général marketing et numérique de Public Transport Victoria, l’autorité responsable de la mise en œuvre, de la coordination et de la promotion des transports publics dans l’État du Victoria. Par ailleurs, les passagers peuvent suivre l’emplacement en temps réel de chacun des tramways en utilisant l’application TramTracker.

« Je suis sidéré par l’accueil du public lorsqu’il voit passer dans son quartier ces trams revêtus d’œuvres d’art multicolores. C’est un véritable lien qui s’est créé avec nos passagers. Ils en sont fiers et se l’approprient », conclut-il.

« C’est vraiment gratifiant pour notre réseau de tramway de porter ce projet d’art chaque année : cela vient renforcer notre rôle au sein de la communauté », ajoute Emilie van de Graaff, Directrice de l’Innovation Passagers et Réseau au sein de Keolis Downer. « Et les tramways sont magnifiques. Tous les ans, nous sommes vraiment heureux de voir le projet prendre vie et nous espérons qu’il continuera pendant encore de nombreuses années. »


{"autoplay":"true","autoplay_speed":3000,"speed":300,"arrows":"true","dots":"true"}

À LIRE AUSSI

La nature peut-elle rendre la mobilité plus efficace ?

Un train inspiré par le bec d’un martin‑pêcheur ? Des véhicules qui communiquent entre eux, à l’instar des bancs de poissons ? Et si la nature détenait le secret d’une mobilité plus efficace et plus durable ? Les scientifiques, ingénieurs et architectes qui travaillent dans le champ du biomimétisme — littéralement, « l’imitation de la vie » — l’affirment : la nature peut être copiée et mise à profit pour fabriquer toutes sortes de matériaux, structures et systèmes innovants.

Pulse #4 4 min

Nudges, en avant toute !

Le secteur des transports et de la mobilité a de plus en plus recours à des techniques d’incitation douces pour susciter des changements de comportement durables, bénéfiques et à faibles coûts, sans contraindre les voyageurs.

Pulse #4 6 min