« À Lyon, nous accélérons l’innovation sous toutes ses formes. »

Accomplir • Pulse #4 • 7 min
Par Fouziya Bouzerda Présidente du SYTRAL (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise), deuxième Vice-Présidente de la Métropole de Lyon (France)

À la tête du deuxième plus important réseau de transport de France, le SYTRAL dispose d’un ADN bien particulier. Nous couvrons tout le département du Rhône, c’est- à-dire une métropole urbaine dynamique, Lyon, mais également de vastes territoires périurbains, qui ont des enjeux tout aussi importants en matière de mobilité.

Cette diversité constitue une richesse, mais aussi un défi : il nous appartient de créer un maillage efficace, qui réponde à des besoins en évolution constante. L’élaboration de nos solutions de mobilité passe par une vision globale de notre territoire, croisée avec une compréhension des impératifs locaux. Il n’est pas question de faire évoluer notre réseau de transport sans placer les citoyens, dans toute leur diversité, au centre de nos démarches. Au contraire, notre ambition est de traduire les attentes exprimées par ces derniers en solutions concrètes, qui répondent véritablement à leurs besoins.

Concernant la Métropole lyonnaise, nous sommes aujourd’hui face à un enjeu de taille : celui de répondre à la hausse très importante de la fréquentation de notre réseau. Plus de 5 % en 2018 ainsi que durant le premier trimestre 2019, contre 2 % en moyenne au cours des années précédentes. Il nous faut relever le défi du succès !

LA MOBILITÉ, FACTEUR CLÉ DE L’ATTRACTIVITÉ LYONNAISE

Cette forte fréquentation reflète le succès de ce territoire. La Métropole lyonnaise s’est imposée comme un véritable pôle d’attractivité, non seulement en France, mais aussi au-delà de nos frontières. Grâce aux importants moyens mis en place pour renforcer son dynamisme, Lyon est régulièrement distinguée comme meilleure ville où vivre et réaliser des investissements (Source). Cela s’est traduit par l’arrivée en 2018 de plus d’une centaine de nouvelles entreprises – étrangères pour moitié – et la création de 3 000 nouveaux emplois au total. Depuis 2011, notre population croît de près de 1 % par an, notamment grâce aux jeunes cadres qui viennent s’installer. Ces nouveaux arrivants apportent d’importantes attentes : une volonté de ne plus dépendre de la voiture, des exigences en matière d’écologie, des désirs en termes de qualité de vie.

Notre département est également très dynamique. Le Rhône est un territoire d’accueil pour les étudiants, à travers les multiples écoles et universités que nous comptons. Ces jeunes sont le fer de lance des nouveaux usages et sont demandeurs de flexibilité, de digital, de connectivité… Autant d’aspects de la mobilité sur lesquels nous innovons, par exemple en allongeant la durée de fonctionnement des métros la nuit pendant le week-end, ou encore en installant la 4G dans les tunnels et les stations.

Les différentes zones de ce département se sont développées rapidement. Aujourd’hui, nous devons mieux agrafer ces zones à notre réseau pour assurer une cohérence globale.

La multiplicité de ces enjeux nous conduit à accélérer l’innovation dans toutes ses acceptions, pour une mobilité sans couture, inclusive et conçue pour tous. Notre priorité absolue est l’accessibilité de notre réseau, au sens large du terme.

Notre premier effort porte sur la « maquette » de ce réseau, que nous repensons afin qu’il traduise notre vision de la mobilité. Les transports collectifs ne peuvent plus reposer sur des silos, mais doivent au contraire intégrer pleinement la multimodalité et l’intermodalité, dès la phase de conception. Par exemple, il faut pouvoir accéder à un réseau de transport en commun, tel le métro, grâce à son vélo ou sa voiture, et donc disposer d’un parking sécurisé, ou encore d’une piste cyclable. Nous n’opposons pas les modes, au contraire, nous voulons aider les habitants à accéder au meilleur moyen de se déplacer en combinant plusieurs modes entre eux. Et l’élaboration du réseau ne peut pas se faire « hors-sol » ; elle doit prendre en considération de multiples critères, comme l’accessibilité des sites, leur sécurisation, leur connexion avec d’autres types de transport… Nous souhaitons mieux agrafer les territoires périphériques et nous avons ainsi lancé la construction d’une nouvelle ligne de tramway en rocade, une première autour de la Métropole lyonnaise. La première phase sera opérationnelle dès novembre 2019 et une étude est d’ores et déjà lancée pour la deuxième phase qui permettrait le maillage et la desserte des pôles d’habitat et d’activités de l’agglomération.

UN RÉSEAU ACCESSIBLE ET SÉCURISÉ

L’accessibilité ne se cantonne pas, cependant, au nombre de moyens de transport disponibles. Nous devons aussi élaborer des solutions qui permettent au plus grand nombre de profiter de ce réseau de transport. Ainsi, nos 49 stations de métro et de funiculaire, à l’exception d’une seule, sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Notre approche de l’accessibilité est également tarifaire : désormais, un quart de nos abonnés bénéficie de notre gamme solidaire et nous avons également facilité l’évolution automatique des tarifs – les abonnés glissent d’un barème à l’autre en fonction de leur âge, sans avoir à réaliser aucune démarche.

Nous pensons également à celles et ceux qui pourraient ne pas se sentir en sécurité dans les transports, notamment les femmes, principales utilisatrices de notre réseau puisqu’elles représentent 60 % de nos passagers. Nous avons lancé une application, Mon chaperon, qui permet de covoyager avec d’autres personnes. Nous avons aussi mis en place la descente à la demande dès 22 h, sur nos lignes de bus, pour que les passagers puissent descendre au plus près de leur destination quand l’affluence le permet. Et nous avons été les premiers, il y a plus de quatre ans, à lancer les « marches exploratoires » sur nos lignes de bus : des habituées de notre réseau effectuent leur trajet habituel accompagnées par des experts de la mobilité et de la sécurité, dans le but d’identifier des contextes et éléments à l’origine d’un sentiment d’insécurité. Nos innovations sont conçues avant tout pour répondre à un besoin existant.

UNE MOBILITÉ DURABLE

Le SYTRAL partage aussi les préoccupations croissantes des habitants en matière de qualité de vie. La transition énergétique est au cœur de nos initiatives. Nous effectuons 1,8 million de voyages quotidiens sur le réseau TCL, dont 75 % grâce à l’énergie électrique qui alimente déjà les trois-quarts de notre réseau, entre le métro, le tramway, les trolleybus 100 % électriques et le funiculaire. Et nous sommes encore plus ambitieux pour l’avenir : la loi de transition énergétique prévoit des transports publics 100 % propres d’ici 2025 ; nous nous sommes fixé pour objectif d’anticiper de cinq ans ce délai.

Dès septembre 2019, une de nos lignes sera entièrement exploitée avec des bus au biogaz. Dès 2020, plus de 50 nouveaux véhicules alimentés au GNV, des bus électriques et des trolleybus nouvelle génération (IMC) viendront compléter la flotte du SYTRAL. Nous menons aussi diverses expérimentations prometteuses : aide à la conduite écologique pour les conducteurs de bus, calcul du poids embarqué dans les bus, et bientôt la technologie hydrogène…

En parallèle, notre territoire est pionnier en matière de véhicule autonome. Nous expérimentons deux navettes autonomes depuis 2016 dans l’écoquartier de Confluence. Une première mondiale qui, depuis son lancement, a déjà transporté 40 000 passagers. Nous avons par ailleurs acquis deux nouvelles navettes qui seront pleinement intégrées au réseau TCL et déployées dans les prochaines semaines pour la desserte quotidienne du quartier en développement autour du Groupama Stadium.

UNE COLLABORATION ÉTROITE ET TRANSPARENTE

Un réseau efficace se construit sur un temps long, mais la dynamique de progression peut rapidement s’enrayer – d’où l’importance de pouvoir mobiliser tous les acteurs autour des enjeux de mobilité. Les opérateurs constituent évidemment des partenaires de premier plan. Nous avons construit une relation fondée sur l’exigence et la transparence avec Keolis, qui démontre son implication sur tous les plans.

Notre dynamique collaborative s’étend également au-delà de ce partenariat : nous avançons avec l’ensemble des acteurs économiques, des entreprises et des habitants. Nous dialoguons sans relâche avec toutes les parties prenantes, afin de construire ensemble notre avenir. De notre côté, nous portons une attention particulière à l’information et au dialogue avec les habitants, en nous rendant sur les marchés, en organisant des ateliers cartographiques et thématiques, de grandes réunions publiques ou encore des comités de proximité plus restreints.

Nous nous employons tout autant à recueillir l’opinion de nos concitoyens, comme nous le faisons, par exemple, pour la future ligne E de métro. Tracé, nombre de stations… jamais autant d’éléments n’ont été soumis à la concertation publique. Celle-ci peut prendre diverses formes : papier, inter- net, rencontre physique… l’essentiel étant de nouer le contact. Au-delà des technologies et solutions mises en place, la véritable innovation, à nos yeux, réside avant tout dans cette co-construction citoyenne.


{"autoplay":"true","autoplay_speed":3000,"speed":300,"arrows":"true","dots":"true"}

 

Fouziya Bouzerda

Présidente du SYTRAL (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise), deuxième Vice-Présidente de la Métropole de Lyon
Après l’obtention d’un DEA en droit privé et d’un DEA en sciences criminelles, Fouziya Bouzerda intègre le Barreau de Lyon en 1997 et crée son cabinet en 2002. Très impliquée dans la vie politique locale depuis 2008, Fouziya Bouzerda est élue Conseillère municipale. Elle est, depuis 2014, adjointe au Maire de Lyon, en charge du Commerce, de l’Artisanat et du Développement économique. Depuis 2017, elle occupe les postes de deuxième Vice-Présidente de la Métropole de Lyon, de déléguée à l’Économie et à l’Insertion et de Présidente du SYTRALK, Autorité Organisatrice du deuxième réseau de transport de France.

À LIRE AUSSI

Rennes, l’innovation sur toutes les lignes

Rennes, l’innovation sur toutes les lignes

Rennes caracole en tête des classements des villes françaises où il fait bon vivre et travailler. Certes la proximité de la mer, la qualité de l’air où la vie culturelle sont des atouts indéniables. Mais le dynamisme économique et la qualité du réseau de transports publics sont également pris en compte. D’ailleurs, à bien y réfléchir, n’y aurait-il pas un rapport entre ces deux éléments ?

Pulse #2 7 min

En route pour le futur

Lars Backström est investi d’une mission. Et son enthousiasme est évident quand il évoque pour Pulse les objectifs ambitieux définis pour Västtrafik, l’autorité organisatrice de transport qu’il dirige au sein du comté de Västra Götaland, au sud-ouest de la Suède.

Pulse #1 7 min